29/04/2007

Chrysalide et autres merveilles

Aujourd'hui où les nuages sont bleu marine et où la lune se cache derrière leur présence quasi-statique, aujourd'hui où rien n'a distingué la fin du début de la journée, aujourd'hui où la monotonie quotidienne a pris des airs d'oeuvre d'art inachevée, aujourd'hui où, sourdement, le besoin d'évasion s'est fait sentir comme une absolue nécessité, aujourd'hui, enfin, le blog de crysalidea a prouvé qu'il était encore bien vivant (d'où un post sobrement intitulé "réveil"). L'occasion pour moi de lui faire un peu de pub, c'est gratuit et puis ça n'arrive pas souvent...

Crysalidea est un blog qui allie esthétisme visuel et onirisme textuel (à moins que ce ne soit l'inverse), dans un cadre qui semble tellement intime qu'on s'y sent tout de suite conquis, et on parcourt les différentes pages tout au long de textes à la sensibilité marquée comme on lirait un livre écrit par un(e) ami(e). Un blog comme il y en a peu, qui laisse une impression indéfinissable, qui peut jouer le rôle d'exemple, voire de modèle, et qui se laisse découvrir, petit à petit, pour faire durer le plaisir, avec une miette d'émerveillement qu'on savoure pourtant comme un véritable festin de l'imagination.

Le tout sur fond de musique de Sting, que j'adore (surtout Fragile dont il est question ici), mais qui rompt légèrement le charme tout de même...

Une visite s'impose, absolument :  Crysalidea

 

 

Tant que j'y suis, j'avais déjà eu l'occasion d'en parler à l'occasion de sa fermeture, annoncée comme temporaire mais que je pensais être définitive, et heureusement je me suis trompé, puisque ce blog est lui aussi un endroit qui vaut le coup d'oeil, voire le coup de coeur.

Un blog où l'on croise des textes simples, touchants, ou parfois plus travaillés mais toujours capables de faire naître, en quelques phrases, un sourire ou une émotion intérieure qui font qu'on n'en regrette jamais la lecture.

Et puis, parfois, caché aux milieux des autres, se trouve un texte qui transcende les apparences, qui prend par surprise, qui mène en quelques secondes à cet état étrange où l'on se rend réellement compte de la raison pour laquelle la poésie, ou même l'écriture en général, est un Art à part entière ; un texte qui donne les larmes aux yeux sans réellement être triste, qui procure une sensation unique, qui donne pleinement sens à l'expression "toucher l'instant" (Grand Corps Malade, Midi 20), qui donne envie à n'importe quel auteur du dimanche de se replonger dans l'écriture pour, un jour peut-être, arriver à son tour à coucher, "purement" et "simplement", l'émotion directement sur le papier.

Une visite tout aussi indispensable : Just de passage


Il y en a plusieurs de ce genre, mais le texte que je visais plus particulièrement sur ce blog est Le vieil homme et la fille

 

Partager ainsi les choses qui nous touchent est une démarche indispensable pour pouvoir les apprécier à leur juste valeur.

J'en suis sûr... 

22:51 Écrit par Arlequin dans Un peu de rien... | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.