31/03/2007

Samedi 31 mars

Oui, samedi 31 mars. Aujourd'hui.

Parce qu'aujourd'hui... aujourd'hui...

 

Aujourd'hui je suis en vie.

 

On ne rappelle pas assez souvent cette chance unique que l'on a, heureux ou pas, en bonne santé ou pas (trop), d'être, simplement, en vie.

Hier, cette phrase a jailli dans mon esprit sans même que je m'en rende vraiment compte. Il faut dire que hier, j'ai eu ma première vraie belle gamelle avec mon engin infernal, mon étalon d'acier, mon... moyen de transport actuel, bref, avec ma moto. Pas trop de casse, pas de tiers impliqué (planté tout seul comme un grand :D ), juste quelques courbatures aujourd'hui, bref, rien de bien grave. Je jette un rapide coup d'oeil dans l'après-midi, histoire de vérifier que tout va bien (et aidé par quelqu'un qui s'y connaît mieux que moi, autrement...), parce que je vais quand même encore devoir la dompter pour rentrer chez moi le soir même...

Et alors que je n'avais rien remarqué dans l'après-midi, le soir, en rentrant, j'ai vu le truc qui déphase, la chose qui déroute (c'est le cas de le dire), le détail qui tue (ça se précise). Le guidon était, bien que légèrement, plié.

 

Bon, imaginez, z'êtes sur un vélo. Votre guidon est plié, ça veut dire que pour que votre roue soit droite (et donc, pour que vous puissiez avancer normalement), il vous faut incliner légèrement le guidon vers la droite (dans mon cas, ça peut être vers la gauche aussi).

A vélo, tout est une question d'équilibre. Changez un truc ou deux, comme le centre de gravité ou les points d'appui, et bardaf, c'est l'embardée.

Incroyable, à moto... c'est la même chose ! A ceci près qu'il faut remplacer les max. 5 kilos du vélo par un truc comme les 180 kgs de la moto, et la vitesse moyenne de 15km/h par une autre d'à peu près 50km/h (oui euh y'a beaucoup de feux dans Bruxelles, hein).

Le vrai problème, c'est le moment, c'est l'instant critique. Celui où, comme ça, instinctivement (beaucoup d'éléments en moto se basent sur l'instinct, sans rire, c'est assez impressionnant), le moment, disais-je, où on prend conscience du fait que la roue n'est pas droite. Parce que tout aussi instinctivement, on regarde sa roue devant soi plutôt que de regarder la route, et surtout on a ce réflexe de vouloir corriger brusquement la trajectoire. Ca peut arriver à 50km/h, et dans ce cas-là, il faut avoir une certaine expérience pour ne pas se retrouver à éparpiller les graviers un mètre plus bas (ça c'est comme dans ces images de courses de motos, où juste avant la chute, le motard fait une espèce de zig-zag bizarre, c'est exactement ça). Ca peut arriver à 5km/h, juste au démarrage, et là c'est la chute assurée, parce qu'à une si petite vitesse, l'équilibre est beaucoup plus précaire (z'allez me dire, tomber à 5km/h est toujours préférable qu'à 50km/h, et vous aurez raison). Ou ça peut arriver, comme pour moi, à une vitesse intermédiaire, genre 30km/h, en pleine accélération, juste après avoir démarré (oui parce que c'est quand même pas le genre de trucs qu'on met 3 heures à remarquer non plus, l'instinct, comme je disais, c'est assez prompt). Et donc, je suis parvenu à maîtriser la tajectoire sans trop de problème. Et 50 mètres plus loin, à ce feu rouge sur cette avenue déserte à 00.30, à l'arrêt et légèrement temblant, cette formidable constatation.

 

Je suis en vie.

 

Et ma moto, elle, est au garage.

18:15 Écrit par Arlequin dans Un peu de rien... | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

gna gna gna gna...
Fias quand même gaffe, un arlequin en une seule pièce, c'est quand même plus pratique!

Bisous

Écrit par : audrey | 01/04/2007

samedi 31 Mais kestuboidoudoudidon??!!! Je plaisante! Nan mais faut faire t'tion sur ta bécane!! Bon, enfin, l'essentiel c'est que l'engin est à l'hôpital... et qu'ils vont bien le soigner...:-) aïe! Ta facture risque d'être salée... pauv'chou va! Euh... toi, pas la bécane, oui non la bécane aussi... enfin bref, restes parmi nous... c'est mieux... Et c'est pas l'moment hein! T'es trop jeune pour y laisser ta peau! Bye bye et bonne semaine ...

Écrit par : Mel | 01/04/2007

Les commentaires sont fermés.