29/11/2006

Vie (2)

 

Il y avait longtemps…

 

Et pourtant, ce ne sont pas les occasions qui ont manqué.

J’ai parfois cette impression que je n’écris ici que quand je ressens comme un manque, un besoin particulier, même si je n‘arrive pas à mettre un terme précis dessus.

Alors 20 jours à peu près sans écrire, on croirait presque à une période euphorique de ma vie…

 

Presque.

 

A vrai dire, ces derniers temps, j’ai été plutôt occupé. J’ai participé intensivement à la débandade de quelques dizaines de Japonais lors de la bataille de Pearl Harbor, après avoir infiltré le milieu mafieux new-yorkais dont certains pions ont eu la mauvaise idée de tuer ma femme.

Je suis mort 127 fois.

Je suis revenu à la vie 128 fois. Et je vais pas en faire un livre, mais soit.

 

En parlant de livre, j’ai pu faire l’ours le temps de quelques pages, en parcourant la route vers Saint-Jacques de Compostelle, et là je m’apprête à vivre sous le 3e Reich, voire le 4e

 

La Vie ne m’apprend rien…

Je n’ai jamais été vraiment d’accord avec cette idée, avec le raccourci qu’elle utilise. La « Vie » regroupe tout ce qui fait l’existence d’une personne, et considérer qu’elle n’apprend rien n’a pas beaucoup de sens. Au pire, elle n’apprend plus rien. Mais ça revient à dire qu’on a tout vu, tout ressenti, tout vécu. Et personne n’est assez idiot que pour prétendre une chose pareille. Parce qu’une vie ne suffirait pas à faire le tour des émotions humaines.

 

Dès lors, ce qui nous apprend quelque chose, c’est aussi la vie des autres. Cette vie qu’on n’aura peut-être jamais mais qui, le temps d’un instant, lorsqu’on la fait nôtre, a énormément de choses à nous apprendre.

 

Il y avait longtemps, disais-je.

Sorry…

J’étais parti apprendre à vivre.

18:02 Écrit par Arlequin dans Un peu de rien... | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.